Dieulefit

La devise de ce gros bourg "Le temps passe, passe le bien "

La Ville des Justes

Pendant la Seconde guerre mondiale, avec la complicité d’une employée de mairie qui fournissait de faux-papiers et celle de la population, Dieulefit a accueilli nombre de réfugiés, enfants juifs, leurs familles, peintres, poètes, artistes. Le nombre d’habitants qui s’élevait à l’époque à 2 500 se vit doubler. Il n’y eut aucune dénonciation.